Pour couvrir l'obscurité - Françoise Beauguion
Pour couvrir l'obscurité
Une terre vide et blanche dessinée sur des mappemondes, indécise et difforme, entre l’Europe et l'Amérique du nord. Une île qui semble parfois accolée au Canada et parfois à distance égale des deux continents. Confinée et petite, elle se déforme. Du cercle polaire vers le pôle nord, elle fuit sous la perspective sans qu’on y prête attention. Elle flotte. Se montre soudain plus grande que l’Europe. Elle disparaît. La calotte glacière à perte de vue, dangereuse et inhospitalière et la fonte de la banquise de plus en plus rapide. Le Groenland est le pays le moins densément peuplé au monde : il compte seulement 55 877 habitants en 2018.

Attendre que la glace fonde. Se perdre entre tradition et modernité — entre plusieurs identités. Métissage et cohabitation entre Groenlandais et Danois. Des vies coupées de la nature. Une atmosphère pesante où plane la menace de la fin : le Groenland a le taux de suicide le plus élevé au monde. La fin d'un monde. D’une civilisation. Une génération entière sous l’emprise de l’alcool. Une autre dans le désespoir. « The darkness is inside us. We’re stuck there. »

*Pour couvrir l’obscurité fait référence au livre de Kelly Berthelsen : Je ferme les yeux pour couvrir l’obscurité.
Top